Sport/Mental

Comment utiliser le stress pour gagner ?

on

Comment le stress peut vous aider à mieux jouer… Et à gagner ?

Vous sentez-vous stressé pendant vos matchs… Avant… Pendant et même après ?

Pensez à la dernière fois où vous avez ressenti des papillons dans le ventre, juste avant de rentrer sur le court.

Le stress peut être stimulant ou au contraire inhibant.

Il peut vous poussez à donner le meilleur de vous-même ou au contraire vous paralyser.

Le stress à une mauvaise réputation dans le sport. Beaucoup d’athlètes ont une vision du stress très négative. C’est quelque chose à éviter à tout prix alors qu’il peut être très utile à la performance.

Qu’est-ce que le stress ?

C’est une réaction à une peur, à un danger. Beaucoup de paramètres peuvent déclencher cette émotion (Peur de perdre, peur de décevoir, peur de mal jouer, peur de son adversaire, etc…).

Le stress dans le sport est une réponse émotionnelle et physiologique quand nous devons faire face à un challenge, à un défi. C’est justement notre réponse à ce challenge qui va déclencher notre façon de gérer ce stress.

Si nous percevons les exigences de la compétition comme supérieures à nos capacités, alors notre stress va s’installer, va grandir et nous paralyser.

Le « stress négatif » détruit nos capacités et notre plaisir de jouer.

Quels sont les signes et les symptômes du stress ?

Les signes physiologiques sont souvent une raideur musculaire, une transpiration excessive, « la chair de poule », un rythme cardiaque élevé, des dérangements intestinaux, la frousse, la fatigue.

Les symptômes émotionnels s’apparentent à une grande nervosité, à un sentiment de frustration, à des difficultés de concentration, à une incapacité de tenir une stratégie et à une confiance ébranlée.

Savoir comment reconnaître ces différents signes ou symptômes peut vous aider  à gérer ce stress et l’utiliser à votre avantage.

Un stress bien contrôlé peut être un atout en compétition car il vous permet une meilleure vigilance pour répondre au combat que vous allez devoir mener. Le « stress positif » est même nécessaire pour optimiser votre performance. Il peut également renforcer votre capacité de concentration.

stress cerveau

Changez votre vision du stress.

Nous pouvons difficilement contrôler tous les signes ou les symptômes du stress mais nous sommes toujours en mesure de contrôler notre réaction aux circonstances de ce stress.

Reconnaître que le stress est une réponse normale à un défi, à un challenge et l’accueillir comme une preuve que vous êtes prêts pour le match, peut faire toute la différence.

Toutes les champions ressentent du stress avant ou pendant les matchs mais ils savent s’en servir pour gagner.

Avez-vous déjà ressenti la peur avant d’entrer sur le court ?
Avez-vous déjà eu cette boule au ventre, cette bouffée de chaleur qui monte au fur et à mesure que l’heure de la compétition approche, ou encore votre rythme cardiaque qui s’affole sans que vous puissiez maîtriser quoique ce soit ?

http://brigittesimonuncerveaupourgagner.com/gerer-stress-4-etapes-simples/

Avez-vous déjà éprouvé cette sensation de jambes flageolantes qui vous invite plus à rentrer chez vous et à vous recoucher plutôt que d’aller jouer une demi-finale ?

Au cours de ma carrière, je crois n’être jamais rentrée sur un court de tennis sans avoir la moindre appréhension, sans ressentir ce petit trou dans l’estomac qu’on appelle communément : la peur au ventre.
Mais comme la peur n’évite pas le danger, vous allez apprendre à l’apprivoiser.

La peur fait partie des cinq émotions fondamentales avec l’affect, le stress, la tristesse et la colère.
Et il y a, à peu près 3 millions d’années de cela, nos ancêtres du paléolithique avaient deux choix pour réagir devant un danger de la nature, soit le combattre, soit le fuir.
La personne que vous êtes aujourd’hui n’a rien à voir avec le profil du chasseur-cueilleur de ce temps là car chaque fois que vous affrontez un adversaire, votre vie n’est pas en danger. Mais vous vous êtes mis dans la tête bien d’autres préoccupations qui peuvent nuire à votre performance.

Vous avez peut-être peur de perdre.
Vous avez peut-être aussi peur de ne pas être à la hauteur : de ce que vous attendez de vous ou des attentes des autres.
Vous avez sans doute peur du regard des autres.
Et pour finir, vous avez peut-être peur aussi de gagner comme si vous ne méritiez pas la victoire.

Toutes ces peurs réunies ne sont qu’une seule et même émotion que vous devez reconnaître et accepter pour pouvoir la transcender et en faire une alliée.
La reconnaître d’abord pour identifier ce qu’elle génère en vous pour comprendre ce qu’elle exprime.
Puis l’accepter pour pouvoir la libérer.

stress graphique

Courage… Fuyons…
Avez-vous envie de fuir ou de combattre ?
Seul le combat est libérateur. Je me souviens de matchs que j’ai commencé la peur au ventre mais elle disparaissait dès que la partie commençait.
La seule façon de dompter votre stress est d’accepter la bataille et de la livrer. Qu’elle soit facile ou rude, si vous l’acceptez, vous allez l’oublier, vous allez vous oublier. Et quelle que soit l’issue, vous aurez la satisfaction du devoir accompli.

Toutes les champions, tous sports confondus, ont peur avant une compétition. Chaque nouveau défi est générateur de stress. La seule et unique différence c’est qu’ils savent s’en libérer et l’utiliser pour exprimer leur talent.
« Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre ». Pierre de Coubertin.

Je vous souhaite toutes les plus belles victoires du monde.

 

A propos de Brigitte Simon

Joueuse de tennis professionnelle dans les années 80, 36ème joueuse mondiale en 1978, l'année où j'ai atteint les 1/2 finales de Roland Garros, plusieurs fois championne de France et n°1 française, j'aide et j'accompagne les sportifs de tout âge, de tout niveau à réveiller leur potentiel mental pour optimiser leurs performances. Je vous souhaite toutes les plus belles victoires du monde.

Recommended for you

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *