Sport/Mental

Évitez de penser « technique » en compétition

on

Évitez de penser technique en compétition si vous voulez gagner.

Penser à votre technique en compétition est très souvent pénalisant.

Analyser vos coups augmente votre tension musculaire, diminue votre confiance, ce qui induit le syndrome de l’analyse plus communément appelé : « paralysie de l’analyse ».

Dans certains cas cette paralysie entraine des effets secondaires nuisibles à votre relâchement, à votre lucidité et à votre concentration. Quand vous jugez votre technique vous rentrez dans un processus d’un contrôle excessif et vous forcez sur vos coups chaque fois que vous frappez la balle.

Le manque de confiance en soi est la principale raison de cette inhibition. Faites-vous confiance ! Croyez en vos capacités et vos habilités que vous avez développées à l’entraînement et n’y pensez plus.

Dans le sport il y a l’entraînement et la compétition. A l’école il y a les cours et les examens. Et si le but des cours, c’est de réussir à l’examen, le but de l’entraînement c’est de gagner en compétition.
Le but d’un cours ? – Apprendre : bonne réponse
Et comment fait-on pour apprendre ? – On retient : mauvaise réponse.
D’abord vous écoutez, puis vous comprenez et vous retenez. Enfin vous expérimentez ce que vous avez appris et si cela fonctionne bien, vous le systématisez.

Donc apprendre, c’est : écouter, comprendre, expérimenter et systématiser.

A l’entraînement, je fais attention à moi, sur ce qui se passe à l’intérieur de moi. J’écoute, j’essaie de comprendre, j’expérimente, je travaille le geste, le mouvement, le déplacement et la coordination des deux, pour progressivement l’intégrer et l’automatiser. Dans tous les stades, tous les gymnases et toutes les piscines du monde, le processus est le même pour tous les sportifs.
C’est pareil pour vous.

Travailler et penser à votre technique en période de compétition est antinomique à la performance.

La plupart des experts en motricité estiment qu’il faut répéter 30 à 60 fois le même geste pendant 30 à 60 jours pour arriver à le maîtriser. Vous devez donc être patient et attendre le bon moment pour vouloir modifier n’importe quel paramètre de votre technique.

La clé est de distinguer l’entraînement et la compétition, changer votre mode de pensée et apprendre à gagner même en jouant mal. Concentrez-vous sur votre adversaire, sur votre tactique et votre plan de jeu et oubliez-vous !

Je vous souhaite toutes les plus belles victoires du monde.

Accueil

Accueil

Accueil

A propos de Brigitte Simon

Joueuse de tennis professionnelle dans les années 80, 36ème joueuse mondiale en 1978, l'année où j'ai atteint les 1/2 finales de Roland Garros, plusieurs fois championne de France et n°1 française, j'aide et j'accompagne les sportifs de tout âge, de tout niveau à réveiller leur potentiel mental pour optimiser leurs performances. Je vous souhaite toutes les plus belles victoires du monde.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *