Sport/Mental

Pourquoi vous balancez vos matchs ?

on

Pourquoi vous balancez vos matchs ?

Et pourtant… Vous étiez bien préparez. Vous avez été sérieux et constant à l’entraînement.
Votre condition physique est bonne. Votre hygiène alimentaire a été revue et corrigée. Vous sentez même que vous avez progressé techniquement et que votre revers et votre service sont bien meilleurs qu’il y a quelques mois. Vous avez envie de jouer des matchs et d’en découdre avec vos adversaires. Vous avez envie de faire savoir « au monde entier », disons autour de vous, que votre marge de progression est encore grande. Bref, à l’orée de cette nouvelle saison, vous êtes plus motivé que jamais et vous êtes « chaud-bouillant » pour exploser le compteur de vos performances.

Et pourtant vous perdez tous vos matchs contre « des a priori » moins bons que vous !!!

Et pire, pour la première fois de votre vie, vous balancez. Vous laissez tomber…
Et pire encore, vous ne comprenez pas pourquoi. Et tant que vous ne l’aurez pas compris, la spirale infernale de la défaite va continuer jusqu’à vous dégoûter du jeu que vous aimez, et vous faire perdre le zeste de confiance qu’il vous reste pour rebondir.

Premièrement s’entraîner n’est pas « jouer » en compétition. Il y a un monde entre les deux. Travailler son tennis n’est pas forcément gagner. Il n’est pas si facile et cela peut prendre un certain temps, de voir concrétiser ses progrès en match. Tous les grands joueurs le savent car ils l’ont expérimenté à plusieurs reprises. Et ce qui est valable pour les champions, l’est aussi pour vous. Mais la différence entre vous et le joueur de haut niveau, c’est que lui le sait.
Il faut accepter que vos efforts, vos progrès ne payent pas immédiatement. Vous avez développé d’autres armes mais vous ne savez pas encore comment bien vous en servir. Et vous voulez les utiliser en oubliant ce qui faisait votre force avant.
Votre fond de jeu sera toujours plus important que vos progrès récents. Certes, l’amélioration de votre deuxième balle de service est probante et va vous éviter bon nombre de points gagnants de votre adversaire, mais comment faisiez vous avant. Certes, votre passing de revers lifté est bien plus performant mais entre ce que vous êtes capable de faire à l’entraînement et ce que vous réalisez en match, votre pourcentage de réussite est ridicule. Et ça vous énerve… Cela vous frustre !!! Et c’est bien normal.
Patience… Il faut du temps pour que vos progrès se mettent en place dans les situations de jeu où il va falloir « scorer » à tout prix.

Alors me direz-vous, quel est le rapport avec le fait que vous balancez vos matchs ?

Quel est le rapport avec le fait que vous ne vous bagarrez plus sur le court comme avant ?
Comment expliquer le décalage entre votre motivation de début de match et votre attitude désenchantée qui s’exprime au fur et à mesure des points perdus ?
Vous êtes toujours en mode entrainement. Vous pensez trop à votre nouveau savoir-faire en oubliant tous les fondamentaux de votre style de jeu initial que vous avez développés et renforcés des années durant.
Vous connaissez l’adage : « C’est en forgeant que l’on devient forgeron ». Et bien, c’est en frappant la balle des dizaines, des centaines de fois en situation de jeu avec toute la tension qu’un match représente, que vous forgerez vos progrès définitivement, jusqu’à trouver le bon équilibre entre ce que vous saviez faire avant et ce que vous savez faire maintenant.

En attendant, il va falloir retrouver toute l’humilité d’un combattant digne de ce nom. Il va falloir accepter de rater. Il va falloir accepter de perdre quelques points, voir quelques matchs et de batailler avec vos meilleures armes, celles en qui vous avez toujours eu confiance. Chaque défaite est source de progrès. Il va falloir accepter de remettre le métier sur l’ouvrage et ne pas vous décourager. Cela aussi, les grands champions le savent. Vous pouvez vous en inspirer.

N’attendez rien de ce que vous venez d’apprendre !!!

un cerveau pour gagner

Si vous attendez trop de vos nouveaux progrès, votre frustration va prendre le dessus sur votre motivation et vous allez perdre le goût de la victoire. Pire, vous allez vous complaire dans la défaite avec la pire des attitudes, ne pas vous battre pour ne pas révéler au monde vos lacunes d’avant, que vous pensiez avoir comblées à force d’entraînement.

Progresser n’est pas « scorer » !!!

Ne l’oubliez pas quand vous êtes en tournoi !

Mettez-vous d’abord en mode compétition. Jouez avec vos forces du jour, avec votre adversaire du moment, avec les conditions de jeu et l’environnement qui sont les mêmes pour tout le monde, un point après l’autre sans faire de plan sur votre petite comète tennistique personnelle.
Vos objectifs sont légitimes. Il faut en avoir mais ne sautez pas les étapes en vous brûlant les ailes au soleil virtuel de vos récents progrès. Avec le temps tout s’en va mais tout peut arriver aussi et c’est le seul chemin pour que vos résultats soient enfin à la hauteur de vos ambitions.

Je vous souhaite les plus belles victoires du monde.

A propos de Brigitte Simon

Joueuse de tennis professionnelle dans les années 80, 36ème joueuse mondiale en 1978, l'année où j'ai atteint les 1/2 finales de Roland Garros, plusieurs fois championne de France et n°1 française, j'aide et j'accompagne les sportifs de tout âge, de tout niveau à réveiller leur potentiel mental pour optimiser leurs performances. Je vous souhaite toutes les plus belles victoires du monde.

Recommended for you

4 Comments

  1. DESAINTJAN Claude

    21 avril 2017 at 8 h 47 min

    Bonjour Brigitte et merci, votre commentaire est encourageant, même pour les anciens.Je me suis blessé au pied gauche en juin dernier au cours d’un entrainement et aucun médecin ou chirurgien « traumatologue » ne trouve la solution si bien que je me traîne, j’arrive à jouer mais pas très longtemps, je dois m’arrêter après 1h. Malgré tout j’ai envie de m’y remettre mais …je vais avoir 80 ans dans 1 mois ! je joue 1 à 2h chaque semaine mais en double depuis 1 an et je me suis rendu compte que j’ai perdu mes automatismes de retour au centre en jeu simple, j’ai envie de reprendre une licence mais, est-ce bien raisonnable, je suis aussi un ex-sportif de niveau national (cross, ski de fond et pratiquant de tennis depuis les années 70, 15/5 a été mon meilleur niveau)

    • Brigitte Simon

      25 avril 2017 at 11 h 42 min

      Merci Jean-Claude pour votre commentaire.
      Si votre médecin est d’accord, continuez à pratiquer.
      Je ne sais pas si je jouerai encore à votre âge mais
      bravo pour votre longévité sportive.
      Au plaisir d’échanger.

  2. Vincent

    23 avril 2017 at 20 h 55 min

    Merci Brigitte pour cet excellent article qui explique un phénomène bien réel.

    Balancer un match est un phénomène de fuite souvent lié à une blessure de l’égo.

    On ne veut pas perdre à la loyale contre un adversaire que l’on considère à tord comme moins fort (qui s’entraîne moins, qui a une moins bonne technique, un moins bon physique…)

    C’est pourquoi il est nécessaire d’admettre que si l’on est mené au score c’est que forcément l’adversaire a fait un meilleur match (c’est l’universelle vérité du tennis).

    Vincent

  3. Anne

    30 mai 2017 at 11 h 11 min

    Merci pour cet article intéressant qui me parle particulièrement en ce moment où je fais pire que balancer mes matches : je perds absolument mon CD (c’est ce que je travaille à l’entraînement). Je ne retrouve même pas le CD d’avant et je joue comme une vraie débutante alors que je suis 15/5. Ce n’est pas seulement le mouvement mais tout l’ensemble qui est perdu : placement, frappe, appuis. Si vous avez un remède miracle je prends .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *