Non classé

Votre enfant est-il meilleur à l’entraînement qu’en match ?

on

Votre enfant est-il meilleur à l’entraînement qu’en compétition ?

Est-il un de ceux qui jouent bien à l’entraînement mais qui perdent tous leurs moyens en match ?

Ce phénomène est assez courant chez tous types de joueurs mais particulièrement chez les enfants. La plupart d’entre eux sont très impressionnés par la compétition. Si votre enfant est meilleur à l’entraînement qu’en match, c’est qu’il est confronté à un ou plusieurs défis mentaux.

  1. La peur de perdre.
  2. La peur de faire des fautes.
  3. La peur du regard et du jugement des autres.
  4. Le doute de pouvoir reproduire en match ce qu’il réussit à l’entraînement.

La peur au ventre !

S’il a peur de perdre, il va jouer prudemment pour éviter les fautes. La moindre erreur le rend encore plus prudent… C’est ce qu’on appelle jouer avec le « petit bras ». Même les champions ne sont pas épargnés par le syndrome du « petit bras ». Au cours de ma carrière je l’ai malheureusement expérimenté à de nombreuses reprises. Parfois, j’avais l’impression d’avoir oublier mon tennis au vestiaire. La spirale des émotions négatives alors s’enclenche et nous submerge de pensées toutes plus ou moins limitantes sur notre capacité à faire face à l’adversité. Le regard des autres commencent à peser sur les frêles épaules de votre enfant et il anticipe leur jugement. Que vont-ils penser de ma piètre performance ? Même si tout se passe bien à l’entraînement, il va se mettre à douter des ses capacités, perdre sa lucidité et oublier tout ce qu’il sait faire habituellement si facilement. La peur provoque une inhibition parfois tellement puissante qu’elle nous bloque physiquement et psychiquement.

Comment aider votre enfant à se libérer de ses peurs ?

un cerveau pour gagner

  1. Apprenez-lui que tous les champions ont appris à progresser de leurs erreurs et de leurs mauvais résultats.
  2. Faîtes-lui un signe  d’encouragement et souriez-lui.
  3. Apprenez-lui aussi à rire de ses erreurs. Dès qu’on dédramatise une action, un mauvais choix tactique, une faute, on est plus à même de se reconcentrer sur le point suivant.
  4. Dîtes-lui avant le match de se focaliser sur son match et pas sur le résultat. http://brigittesimonuncerveaupourgagner.com/comment-atteindre-ses-objectifs-suivez-le-processus/
  5. Aidez-le à se libérer du regard des autres.
  6. Apprenez-lui les bienfaits de la respiration.

Après la pluie vient toujours le beau temps. Un mauvais début de match n’est pas une fatalité. Une erreur n’engendre pas forcément une autre erreur surtout si votre enfant a la bonne approche mentale : apprendre à jouer pour gagner avec ses armes du jour, ses forces et ses faiblesses et de donner le meilleur de soi-même pour ne rien regretter.

Je vous souhaite toutes les plus belles victoires du monde.

A propos de Brigitte Simon

Joueuse de tennis professionnelle dans les années 80, 36ème joueuse mondiale en 1978, l'année où j'ai atteint les 1/2 finales de Roland Garros, plusieurs fois championne de France et n°1 française, j'aide et j'accompagne les sportifs de tout âge, de tout niveau à réveiller leur potentiel mental pour optimiser leurs performances. Je vous souhaite toutes les plus belles victoires du monde.

Recommended for you

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *